La libellule ne tisse pas de toile

Art et spectacles

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 15 décembre 2016

L'art de la pause

Un tableau de Larsson, oui, bien sûr, mais “Esbjörn faisant ses devoirs”, est-ce bien un sujet à aborder en ce temps d’avent ? Les esprits sont plus aux préparatifs de fêtes, à la joie des vacances qui approchent … Et chacun, au fond, vit la hantise de ne pouvoir faire tout ce qu’il désire, par manque de temps, d’argent ou de pêche intérieure. Quand ce ne sont pas d’autres soucis qui s’en mêlent et qui, en cette période festive, prennent plus d’acuité … Pourtant, il y a quelques semaines, j’ai fait une découverte, bien réjouissante à mes yeux, qui m’a fait décider que ce serait cette toile-là le support de la réflexion de décembre de La Libellule.

esbjorn-doing-his-homework_1_.jpg_Large.jpg

Carl Larsson (1853-1919)- “Esbjorn faisant ses devoirs”- aquarelle, 1912

houx.gif
 

Lire la suite...

jeudi 15 septembre 2016

Le temps qui brûle

Le quinze de septembre, nous y sommes … Déjà !
J’écrivais, il y a deux mois “Donner du temps au temps”
Involontairement, le thème revient avec un titre de René Depestre, plus pressant, en apparence …

Lire la suite...

dimanche 5 juin 2016

Tendresse contemporaine

Marie, mère de Jésus de Nazareth est une grande figure du Christianisme et de l’Islam.
Sur le mur d’enceinte du parvis de la Basilique de l’Annonciation,
dans la plus grande ville arabe chrétienne du Moyen-Orient
nous pouvons admirer de superbes vitraux, mosaïques et fresques contemporaines
offerts par de très nombreux pays à travers le monde
et représentant la Mère et l’Enfant.

Reconstruite sur les ruines d’une église byzantine, la Basilique suscite une véritable émotion
pour qui prend le temps de la visiter en dehors des heures d’affluence.

Lire la suite...

mardi 12 janvier 2016

A la faveur de la lumière

En janvier, je traque le ciel bleu, la lumière. Le souvenir d’une des premières années où j’enseignais en école élémentaire. Chaque jour de ce mois, le ciel était d’une pureté incroyable et chaque semaine nous allions faire une séance de Plein Air au parc. Ce fait est resté en moi gravé comme si lors de chaque retour de janvier le prodige devait se renouveler. Etonnante mémoire ! Qui me conduit aujourd’hui à contempler une toile d’un maître Hollandais du XVIIe.

“Un peintre c’est quelqu’un qui essuie la vitre entre le monde et nous avec de la lumière,
avec un chiffon de lumière imbibé de silence.”
Christian Bobin, L’inespérée

“Le géographe”, Johannes Vermeer (1632–1675) - Städel museum (Frankfort-sur-le-Main)

Lire la suite...

mercredi 30 décembre 2015

Si nous voulions

P1060578X1.jpg

Traces laissées par la mer sur le sable

“Si nous voulions,
rien ne nous serait impossible.
Le plus dénué d’entre nous a le pouvoir, tout comme le plus riche,
de nous remettre, de ses mains appliquées et de ses yeux confiants,
un trésor inestimable, ses rêves et sa réalité
que raison, bon sens, méchanceté ne parviennent pas à détruire.”

Paul Eluard
in “Poésie intentionnelle et poésie involontaire”
Seghers, 1963

Lire la suite...

jeudi 17 décembre 2015

Chaleur de l'hiver

Carl-larsson-Liliana-et-le-poele

Lillanna alimente le poêle- Aquarelle de Carl Larsson-1918

J’aime beaucoup cette scène sobre et pourtant bien colorée du peintre Suédois Carl Larsson. Regardez comme sa douce Lillanna est concentrée sur les flammes et sur son geste ! J’étais une petite fille blonde et claire comme elle. Le soir je mettais des bûches dans le poêle de notre chambre pour éviter d’avoir froid durant la nuit. Parfois la bûche était un peu longue et quelques contorsions du poignet étaient nécessaires pour bien l’enfoncer dans la cavité du poêle. Durant ces quelques instants-là le feu me brûlait délicieusement le visage et je peux dire que c’était un vrai bonheur.

Je vous invite à lire ou relire le billet que j’avais publié en décembre 2011
à propos de deux autres aquarelles de Carl Larsson :
Préparer la fête

houx.gif
 

dimanche 29 novembre 2015

La clef, les paupières et ... la paix

C’est dimanche. Vous prendrez bien un p’tit verre. Hum, non ! Un grand vitrail …

Chagall-Vitrail_pour_lapaix.jpg

Lire la suite...

mercredi 11 novembre 2015

Problématique

Sur la place de l’église, à Luchon, est érigé un monument aux morts qui, à mon sens, donne à réfléchir.
Ni triomphaliste, ni doloriste, il n’est pas davantage pacifiste.
Peut-être pouvons-nous le classer parmi les “problématiques”.

P1050456X2.jpg
… entre gratitude et “prière”
P1050452X2.jpg
Les “retrouvailles”…

Lire la suite...

mercredi 4 novembre 2015

Le baiser à la source

Pour deux billets encore, poursuivre ces chroniques haut-garonnaises, ou ce “Bestiaire d’été Pyrénéen”.
Vous vous souvenez, nous tournions autour de
Luchon, la reine de Pyrénées,
Luchon-les-bains, Luchon et ses jardins,
Luchon où la joie de vivre vous prend la main !…

P1050499X2.jpg

Le baiser à la source, sculpture de Henri Coutheillas (1862-1927), installée à Luchon depuis 1949

“La femme nous remet en communication avec l’éternelle source où Dieu se mire.”
Ernest Renan dans “Souvenirs d’enfance et de jeunesse”

Lire la suite...

vendredi 16 octobre 2015

Le coq, ce bel Astrapatte !

P1050656X1.jpg

Moustajon, en vallée de Luchon

“Le brouillard est la coquetterie du soleil.” (Xavier Forneret) lu chez Mathilde

Lire la suite...

samedi 20 juin 2015

Petites fleurs offertes

Petites fleurs cueillies par de maladroites mais amoureuses petites mains, vous restez parfois sur le bord d’une fenêtre ou d’un table. Papa, maman, la grande sœur, le chat - ou encore le poisson rouge dans son bocal- n’ont pas sous la “patte” (ou sous la nageoire) le vase juste comme il faut pour vous installer joliment …

Lire la suite...

mercredi 11 mars 2015

L'artiste et son temps

La croyance selon laquelle les artistes vivraient dans une autre réalité que celle du commun des mortels a la vie dure. “Ils” se désintéresseraient du monde actuel, pour se réfugier dans leurs rêveries, leur ivresse. Tristes ou exhaltés. Complètement égocentriques et décalés. Hum ! Je crois que, pour mieux percevoir le rôle et l’importance des artistes, nous aurions besoin de réentendre des paroles comme celles d’Albert Camus dans son discours de Suède, en 57. (J’avais quatorze mois, à l’époque, imaginez comme il m’a marquée !)

Timbre_de_France_annee_1961_-_1310_-_Vol_de_colombes_en_forme_de_colombe__symbole_de_paix__-_EUROPA_1961.jpg

Timbre République Française- 1961 - EUROPA.
Vol de colombes en forme de colombe

Lire la suite...

dimanche 1 mars 2015

Les coïncidences

Récemment, au Salon de la Doutre, dans l’ancien hôtel des pénitentes à Angers, je suis restée un long moment devant une œuvre de Chantal Redcent-Guyon qui m’a rejointe et emmenée loin. J’ai pu échanger ensuite avec l’artiste au téléphone. Une voix sympathique, de la simplicité, de l’ouverture … Je lui expliquais que de plus en plus, je me sentais attirée par des œuvres non-figuratives. Qu’elles me conduisaient vers des émotions qu’il me plaisait de laisser éclore.

P1010354X3.jpg

“Les coïncidences”, Chantal Redcent-Guyon

Lire la suite...

samedi 14 février 2015

Danzon

Mi-février, c’est l’hiver,
l’ambiance morose nous grignotte les talons, la plante des pieds, les orteils
et le reste de notre corps file dans les chaussettes se mettre à l’abri, au chaud.
Waouh, c’est trop triste ! Il faut retourner ses chaussettes et retrouver la joie.

“La musique met l’âme en harmonie avec tout ce qui existe”
écrivait Oscar Wilde.

Et de façon paradoxale, Marcel Proust :
“La musique est peut-être l’exemple unique de ce qu’aurait pu être -
s’il n’y avait pas eu l’invention du langage,la formation des mots, l’analyse des idées -
la communication des âmes.

Lire la suite...

dimanche 25 janvier 2015

"Améliorer l'état du monde", disaient-ils

TMor.jpg

Collage Tmor*

Lire la suite...

samedi 17 janvier 2015

Suivre son fil conducteur à Trémalo

Pourquoi avoir montré, dernièrement, les deux chênes multicentenaires qui se dressent près de la chapelle de Trémalo ? Et pourquoi, maintenant, écrire un billet sur elle ? Toujours des causes diverses qui s’entremêlent sans que l’on s’y attarde et c’est parfois dommage. Ainsi, lorsque j’ai réalisé le billet “L’aurore est mon prophète” j’ai cherché une  tendre grimace dans mes dossiers; pour essayer de réunir tragique et humour. Mais ça ne le faisait pas, surtout le 08 janvier.  Alors j’ai conservé le petit bouffon sous le coude. Celui qui offre sa bouille aux visiteurs déambulant et levant les yeux, dans la petite chapelle située au-delà du bois d’amour, sur la commune de Pont-Aven

Lire la suite...

mercredi 7 janvier 2015

Lumière

J’ai rencontré l’artiste coréen Kim en Joong lors d’une conférence à Angers, en 2003 je crois. J’avais admiré la reproduction en grand format d’une de ses peintures dans une revue; ses couleurs vibrantes et l’ampleur de son geste m’avaient rejointe. Lors de l’expo-rencontre, c’est sa voix qui m’a touchée. Douce, posée, sans affectation. Et l’homme était passionnant.
En fait, sa recherche est celle du blanc … A l’aide d’une perche, sur un support posé au sol, il étale les couleurs primaires au chiffon. Avec vigueur et précision. Pour aider à voir et à s’émerveiller du blanc. En tant qu’artiste dominicain, c’est une quête du “divin”, étant entendu que chacun peut lui donner un autre nom, Calme, Simplicité, Sobriété, Paix … Avec d’autres chiffons imbibés d’essence de térébenthine, il dilue ses couleurs, leur confère une certaine résistance, et ce travail manuel, cette “cuisine” disait-il, l’aide à trouver son équilibre dans une vie nourrie de spiritualité et de rencontres.

Lire la suite...

dimanche 12 octobre 2014

Pignons libres

Petite pause avant de s’engager dans “L’allée sans retour” … Histoire de gagner un peu de temps, hé, hé ! De s’aérer l’esprit de façon intelligente -bien que diamétralement opposée. Histoire surtout de chahuter les trois neurones que nous avons encore en tête !
Sur le blog de PJTG*, je me suis laissée aller à une écriture qui suit sa propre piste, s’arrêtant quand le bout de mot lui parle, repartant au gré d’une sonorité aimée ou d’une image impossible à coucher avec des mots ordinaires. Cela m’a ouvert des “grappes intérieures” … Ah, le parti pris de la couleur ! Aussi riche qu’un bain dans le beurre avec un Ponge comme maître-nageur.
Voici une série de quatre o’pignons :

pignons-06.jpg

L’apente glissante
Apprête la porte
Patine sur le lino
S’étale en tournesol
Et monte monte plus haut
Que le toi si haut cithare
A hauteur de roi
Dans la nuit noire
(Lily F. 25 09 14)

Lire la suite...